Village du Val de Metz, pays messin, son nom viendrait de Rufina, chrétienne née d'une noble famille romaine. Avec sa soeur Sécunda, elle furent victimes de persécutions religieuses mais elle n'abjurèrent jamais leur foi. Elles furent décapitées dans une forêt près de Rome le 10 juillet de l'an 257. Un siècle plus tard le Pape d'origine Espagnol, Damase 1er fit ériger une église sur le lieu d'une sépulture dédiée aux deux soeurs. Très rapidement quelques maisons se construisirent autour pour former le village de Sainte-Ruffine.


Au fil de l'histoire le village fut partagé en plusieurs seigneuries. René 1er, duc de Lorraine, et son beau-frère Charles VII, firent en 1444 la guerre à Metz : le village fut occupé par René.

Apparu pour la 1er fois dans les écrits sous la dénomination latine "Sanctam-Ruffinam" en l'an 927, le toponyme subit de nombreuses modifications au cours des siècles:

- Sainte-Raphine (1241),

- Sancta-Rufina (1281),

- Sainte-Raifine (1323),

- Sainte-Refine (1489).

A la révolution l'appellation se transforma en "Antoine-le-Mont" en l'honneur du député François Antoine.



On trouve trace d'une première église en 927. A cette époque Sainte-Ruffine est une annexe de la paroisse de Moulins qui est sous l'autorité du Grand Moutier, chapitre de chanoines de la cathédrales de Metz. En 1724, l'église fut interdite pour cause de vétusté. Le 18 février 1726 fut bénite et posée la première pierre de la nouvelle église sur un terrain concédé par les Dames de Ste Glossinde en contrepartie de deux vignes.